Éviter d’être flashé par les radars en roulant à plus de 250 km/h

Léo

Éviter d'être flashé par les radars en roulant à plus

Un homme âgé de 39 ans circulait à une vitesse de 275 km/h et a été innocenté grâce à l’analyse de la notice du radar effectuée par son avocat. Des explications ont été fournies.

Les radars ne détectent pas les excès de vitesse au-delà de 250 km/h

Il peut sembler paradoxal, mais rouler à une (très) grande vitesse peut vous permettre d’échapper à toute sanction. En effet, les automobilistes roulant à une vitesse supérieure à 250 km/h ne sont pas pris en compte par les radars des gendarmes, ce qui signifie qu’ils ne sont pas passibles de condamnation. Cette information a été révélée par une analyse technique du fonctionnement des radars.

Un problème de calibrage des radars

Il y a six mois, un conducteur français âgé de 39 ans a été flashé à une vitesse de 275 km/h sur une autoroute. Au volant d’une grosse berline allemande, il a été immédiatement arrêté. Bien que la vitesse retenue ait été de 257 km/h, cet individu était passible d’une lourde sanction, comprenant une amende de 1500 euros et une suspension de permis de conduire de 3 ans. En cas de récidive, il aurait même pu être accusé d’un délit, entraînant une contravention de 5e classe et la perte de 6 points sur son permis.

Cependant, cet automobiliste a eu la chance d’être défendu par un avocat qui a trouvé une solution pour lui éviter ces embarras. En effet, il n’a reçu aucune sanction car, selon un point technique concernant l’utilisation des radars, ceux-ci ne sont capables de prendre en compte que les vitesses comprises entre 0 et 250 km/h. Par conséquent, le conducteur n’a jamais été flashé car il roulait au-dessus de cette limite. Les poursuites engagées contre lui ont donc été annulées.

Lire aussi :   La marque qui fabrique le thermos paie une nouvelle voiture après qu'il a survécu à un incendie.

Lors de l’audience devant le tribunal de police de Dieppe, l’avocat a demandé l’abandon des poursuites et a obtenu gain de cause avec la demande de nullité, le 8 novembre dernier. Les juges n’ont pas pu s’y opposer car le radar n’a jamais affiché précisément la vitesse à laquelle le chauffard roulait. Le principal problème réside dans le calibrage du radar de vitesse. Il est évident que les gendarmes vont rapidement modifier leur système afin de pouvoir détecter les conducteurs en excès de vitesse. En attendant, rouler à une vitesse supérieure à 250 km/h n’est pas passible de sanction. Cependant, il est fortement déconseillé de le faire, car le jour où les radars fonctionneront correctement, le coupable risque d’avoir de sérieux ennuis.