Il ne reçoit pas d’amende car le radar n’était pas homologué : flashé à 275 km/h.

Léo

il ne reçoit pas d’amende car le radar n’était pas

Un individu âgé de 39 ans, qui conduisait à une vitesse de 275 km/h, a été déclaré non coupable suite à l’expertise de la documentation de ce radar spécifique par son avocat. Explications.

Rouler à grande vitesse : une échappatoire aux sanctions ?

Il peut sembler paradoxal, mais rouler à une (très) grande vitesse peut en réalité vous épargner des sanctions, selon certaines indications présentes dans les notices de certains radars. En effet, la condamnation est réservée aux automobilistes qui dépassent une vitesse maximale de 250 km/h. Au-delà de cette limite, certains radars utilisés par les gendarmes rencontrent des problèmes techniques qui compromettent leur fonctionnement.

Un radar mal réglé ?

Il y a six mois, un conducteur français âgé de 39 ans a été flashé à une vitesse de 275 km/h sur une autoroute. Au volant d’une grosse berline allemande, il a été arrêté peu après. Bien que la vitesse enregistrée était de 257 km/h, cet individu risquait une sanction sévère, incluant une amende de 1500 euros et une suspension de permis de conduire de 3 ans. Cependant, l’amende n’a pas pu être appliquée car le radar n’était pas homologué pour des vitesses supérieures à 250 km/h.

Excès de vitesse : la marge de tolérance des radars bientôt réduite ?

Un pilote flashé à 208 km/h avec sa Porsche 911

Freiner à l’approche d’un radar pourrait bientôt vous coûter cher

Une erreur technique

Cet automobiliste a eu la chance d’être défendu par un avocat qui a trouvé une solution pour lui éviter des ennuis. En effet, il n’a reçu aucune sanction car, selon un point technique lié à l’utilisation du radar, celui-ci ne peut prendre en compte que les vitesses supérieures à 250 km/h. Par conséquent, le conducteur n’a jamais été flashé car il était au-dessus de cette limite. Les poursuites à son encontre ont donc été annulées.

Lire aussi :   Constructeur lance buggy électrique 100% : innovation en vue !

Lors de l’audience devant le tribunal de police de Dieppe, l’avocat a plaidé en faveur de l’abandon des poursuites. Le 8 novembre dernier, sa demande d’annulation a été acceptée. Les juges n’ont pas pu s’y opposer car le radar n’a jamais affiché la vitesse réelle à laquelle le chauffard roulait. Le problème principal résidait dans le calibrage du radar de vitesse.

Cependant, il convient de noter que les radars qui flashent le plus souvent sont les radars autonomes, également connus sous le nom de radars chantier. Ces derniers sont homologués jusqu’à 300 km/h. Le Mesta 210D, qui remplace progressivement son prédécesseur dans les cabines fixes depuis 2016, est également homologué jusqu’à 300 km/h.