Mieux vaut tard : l’édito du rédacteur en chef.

Léo

mieux vaut tard : l'édito du rédacteur en chef.

Enfin, un acteur majeur de l’industrie automobile a enfin pris en compte les préoccupations soulevées il y a plus de sept ans par Auto Plus. En fin d’année 2016, Peugeot a lancé le 3008 « 2 », qui est devenu un grand succès. Cependant, nos testeurs ont été déçus par le fait que la climatisation ne pouvait être réglée qu’à travers l’écran central, un détail qui a marqué un tournant pour Peugeot.

Le tactile révolutionne l’expérience des conducteurs

Depuis la fin des années 2000, le tactile a progressivement pris le dessus sur la traditionnelle molette des GPS, offrant aux conducteurs une expérience plus high-tech et pratique. Cette évolution a notamment été remarquée dans le Peugeot 3008, où le tactile a pris le contrôle d’une fonction clé du véhicule. Désormais, les constructeurs rivalisent pour proposer des écrans vantés pour leur facilité d’utilisation, leur modernité et leur « coolitude », mais qui peuvent aussi représenter des dangers pour la concentration des conducteurs.

Les écrans tactiles : une menace pour la sécurité routière

L’utilisation des écrans tactiles en voiture nécessite une attention visuelle partagée entre l’écran central et le doigt de l’utilisateur, laissant peu de place à la surveillance de la route. Cette situation préoccupante a été soulevée par Auto Plus, et récemment confirmée par Euro NCAP, qui envisage de pénaliser la sécurité des véhicules trop centrés sur l’aspect tactile de leurs interfaces. En effet, des études montrent que les conducteurs peuvent être distraits par leur écran pendant plusieurs secondes, ce qui équivaut à parcourir une grande distance sans surveillance. Face à ces enjeux de sécurité, les constructeurs devront certainement revoir leurs priorités pour garantir la protection des conducteurs sur la route.

Lire aussi :   Indispensables pour l'hiver : les 6 éléments à avoir dans sa voiture en cas de gel