Retrouver confiance en soi grâce à la motothérapie

Léo

retrouver confiance en soi grâce à la motothérapie

Emeline Bardou propose des exercices de motothérapie à Brive dans le but de rétablir la confiance de ses patients.

La motothérapie : une thérapie innovante pour retrouver confiance en soi

Emeline Bardou, psychologue et éducatrice motothérapie de Brive, a développé une thérapie novatrice pour aider ses patients à retrouver confiance en eux : la motothérapie. En combinant ses deux passions, la psychologie et la moto, elle offre aux femmes la possibilité de se reconstruire.

L’efficacité de la motothérapie : une autre voie pour reprendre confiance

Emeline Bardou constate que les thérapies traditionnelles ne fonctionnent pas toujours avec certains patients. C’est pourquoi elle a choisi de proposer une approche différente en utilisant le motocross comme support de psychothérapie. Les séances de motothérapie permettent ainsi de surmonter les peurs et de retrouver la confiance en soi. Selon la psychologue, la moto est un prétexte anodin qui libère la parole et favorise la confiance.

Les patients participant à la motothérapie se voient proposer divers exercices, notamment des balades en forêt sur des pistes spécialement aménagées. À travers ces circuits, ils doivent se passer des objets d’une moto à l’autre, ce qui renforce leur confiance en eux.

Cette approche novatrice a connu un grand succès depuis sa création en 2021. Emeline Bardou a réussi à attirer de nombreux adeptes qui voient dans la motothérapie un moyen de s’épanouir pleinement et de gagner en confiance. Même ceux qui n’ont jamais essayé la moto sont les bienvenus. Emeline aide notamment les victimes de violences conjugales, les enfants hyperactifs et les adolescents en difficulté scolaire. Les patients témoignent de l’efficacité de cette méthode, soulignant le côté physique de l’activité qui complète la dimension mentale du processus de guérison.

Lire aussi :   La BMW M3 se cache derrière cette Volvo 162

Les séances de motothérapie durent environ 1h15 et sont suivies d’un temps d’échange. Cette approche a suscité l’intérêt de l’Université Jean Jaurès, qui étudie désormais ses bienfaits.