Une Citroën vendue à 45.000 euros !

Léo

une citroën vendue à 45.000 euros !

Cette Citroën Visa, qui a participé à des rallyes prestigieux, a ensuite bénéficié d’une rénovation et a vu sa valeur augmenter.

Une Citroën V de compétition rarissime s’adjuge à 44 640 euros aux enchères

La vente aux enchères de l’association Aventure Peugeot Citroën DS, organisée par Aguttes, a rencontré un succès retentissant. Une Citroën V a été vendue pour la somme impressionnante de 44 640 euros. Ce modèle exceptionnel se distingue par son caractère unique au sein de la gamme des célèbres voitures françaises.

La star du Groupe B qui a marqué les compétitions automobiles

L’événement de la semaine dernière, orchestré par Aguttes, a permis à de nombreux passionnés de mettre la main sur des véhicules mythiques. Parmi eux, une Citroën Visa de compétition, produite en seulement vingt exemplaires, a trouvé preneur.

La rareté de cette Citroën V de compétition lui a valu une augmentation de sa valeur au fil du temps. De plus, elle a été entretenue avec soin par des pilotes renommés, ce qui ajoute à son prestige.

Ce qui rend cette voiture si spéciale, c’est son appartenance au Groupe B, où elle rivalisait avec des voitures bien plus puissantes. La Citroën Visa 1000 Pistes Evolution a été créée quelques années après la victoire d’un prototype de la gamme, en version 4×4, lors du célèbre rallye 1000 Pistes en 1983. Considérée comme l’une des voitures les plus légères de la compétition, elle était équipée d’un moteur de 1 434 cm3 développant 145 chevaux, associé à une boîte de vitesses à 5 rapports.

Cette voiture française a été utilisée dans de nombreuses compétitions, notamment avec Andrée Andrina comme pilote. En 1985, elle est conduite par Jean-Claude Andruet et participe au rallye de Monte-Carlo en 1986 et 1987. Elle obtient ensuite une deuxième place en 1987 lors du Trophée Citroën Visa.

Lire aussi :   Quels sont les modèles de citadine qui consomment le moins ?

Après avoir fait l’acquisition de cette voiture vieillissante, Jean-François Vergeot, copilote de Denis Cavasino, qui l’avait conduite à la fin des années 80, décide de la restaurer pour lui permettre de rouler à nouveau. Elle est ensuite remise en vente avec un moteur de 1 560 cm3, une motorisation très répandue à l’époque.