Arrival en Europe : La fin approche

Léo

arrival

Suite à d’importantes difficultés financières, le fabricant britannique de fourgons électriques a récemment été placé sous administration judiciaire. Il est peu probable que les véhicules d’Arrival soient jamais utilisés sur les routes européennes.

Arrival, constructeur britannique de véhicules électriques, placé sous administration judiciaire

Arrival UK Ltd et Arrival Automotive UK Limited, les deux principales entités du constructeur britannique de véhicules électriques Arrival, ont été placées sous administration judiciaire. Cette décision marque la fin d’une longue agonie pour l’entreprise qui se vantait d’avoir inventé une nouvelle méthode unique de conception et de production de véhicules électriques.

Malgré des débuts prometteurs, avec des investissements de 100 millions d’euros de la part de Hyundai et Kia en 2020, Arrival a connu des difficultés financières. À l’époque, l’entreprise employait 800 salariés et possédait des usines de production et des centres de R&D aux États-Unis, en Allemagne, en Israël, en Russie et au Royaume-Uni.

Des projets prometteurs, mais des difficultés financières insurmontables

Arrival avait développé un partenariat avec Uber pour la conception d’un fourgon destiné au secteur de la livraison et du dernier kilomètre. LeasePlan avait même passé une commande de 3 000 unités de ce véhicule. D’autres projets étaient également à l’étude, notamment des bus électriques et une voiture électrique pour le marché des VTC.

Cependant, les conditions de marché difficiles et les retards dans la mise sur le marché des produits ont affecté la situation financière d’Arrival. La pandémie de Covid-19 a également joué un rôle dans les difficultés rencontrées par l’entreprise.

Malgré les licenciements et la réduction des investissements, Arrival a enregistré une perte de 155 millions de dollars au premier semestre 2023. Les difficultés se sont accumulées et la chute de l’entreprise semblait inévitable.

Lire aussi :   À la conquête de nouveaux clients : Toyota C-HR

Arrival envisage la vente de ses activités et de ses actifs

Le 26 janvier 2024, la négociation des titres d’Arrival a été suspendue par le Nasdaq en vue d’une radiation de la cotation. Quelques jours plus tard, le 5 février, l’entreprise a été placée sous administration judiciaire.

Dans un communiqué, Arrival a déclaré que les administrateurs étudiaient actuellement les possibilités de vente des activités et des actifs de l’entreprise, y compris la plateforme de véhicules électriques, les logiciels, la propriété intellectuelle et les actifs de R&D, au profit des créanciers.

Malgré ces difficultés, Arrival pourrait continuer ses activités aux États-Unis. La filiale américaine de l’entreprise, qui a formé une alliance avec Kensington Capital depuis avril 2023, ne fait pas partie de la procédure de mise sous administration judiciaire. L’objectif d’Arrival aux États-Unis est de produire sa fourgonnette en format XL dans son usine de Charlotte, en Caroline du Nord, à partir de la fin de l’année 2024.