Fermeture de deux usines en Allemagne : Michelin annonce la décision.

Léo

Michelin fermeture usine Allemagne

Le fabricant français Michelin restructure ses opérations en Allemagne en fermant deux usines en raison des coûts de production et d’exploitation de plus en plus élevés. Parmi les 5 000 employés de Michelin en Allemagne, en Autriche et en Suisse, 1 532 seront affectés par ces fermetures d’activités.

L’industrie automobile allemande en difficulté face à la concurrence et aux coûts énergétiques

L’industrie automobile allemande est-elle pénalisée par son manque de compétitivité croissant, notamment en raison de l’augmentation des coûts énergétiques ? C’est la question qui se pose alors que Michelin, célèbre manufacturier de pneumatiques, annonce la fermeture de deux usines et la suppression de 1 500 emplois en Allemagne.

Les usines de Karlsruhe et de Treves verront leurs activités progressivement cesser d’ici 2025, tandis que la production de pneus pour poids lourds et de produits semi-finis prendra fin sur le site de Honbourg. Michelin justifie ces décisions par les coûts de production croissants auxquels il fait face.

En plus de ces fermetures, le groupe français prévoit également de délocaliser son centre de service client dédié à l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, actuellement situé à Karlsruhe, vers la Pologne.

Au total, ces mesures toucheront 1 532 employés, sur les 5 000 que compte actuellement Michelin en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

La décision de Michelin est motivée par un contexte de pression concurrentielle croissante et d’augmentation des coûts de fabrication et de fonctionnement en Allemagne. Le groupe souligne les conséquences des récentes crises sanitaires et géopolitiques, ainsi que l’impact sur les prix de l’énergie, de la logistique et des matières premières, ainsi qu’un taux d’inflation élevé qui ont affecté la compétitivité de l’Allemagne.

Lire aussi :   T&E cible les e-fuels : une menace pour l'avenir énergétique ?

Contestation syndicale face aux fermetures jugées injustifiées

Ces explications sont vivement critiquées par les syndicats, qui ont été en discussion avec la direction depuis plusieurs semaines concernant ce programme de réduction de l’activité annoncé en octobre 2023. Le syndicat IGBCE déplore que ces fermetures soient injustifiées et accuse Michelin de vouloir seulement maximiser ses profits en abandonnant des employés hautement engagés et qualifiés.

Les industriels allemands, notamment dans le secteur automobile, sont confrontés aux bouleversements géopolitiques qui ont un impact sur leur modèle économique axé sur l’exportation. De plus, les prix élevés de l’énergie en Allemagne, notamment depuis la guerre en Ukraine et la fin des livraisons de gaz russe, exercent une pression supplémentaire sur ces entreprises. (Source : AFP)