Ouverture de la première usine de batteries solides par ProLogium

Léo

ProLogium usine batteries solides

En attendant l’ouverture de l’usine de Dunkerque prévue d’ici 2026, ProLogium a récemment inauguré sa première usine spécialisée dans la production de batteries solides. Située à proximité de Taipei, à Taïwan, cette installation aura une capacité de 2 GWh et sera en mesure de fournir des batteries pour 26 000 véhicules électriques chaque année.

ProLogium inaugure sa première usine de batteries solides à Taïwan

Le fabricant taïwanais de batteries, ProLogium, vient d’ouvrir sa première usine de batteries solides, une première mondiale selon l’entreprise. Située à Taïwan, à une soixantaine de kilomètres de Taipei, cette usine affiche une capacité de 2 GWh et peut fournir jusqu’à 26 000 accus pour des véhicules électriques. ProLogium en a profité pour présenter sa batterie solide de 106 Ah, dotée d’une anode à fort taux de silicium.

Une usine innovante et plus efficace

Cette nouvelle usine permet à ProLogium d’améliorer ses processus de production et de renforcer sa compétitivité. En effet, elle est 2,6 fois plus efficace que l’ancienne unité de production de l’entreprise. Grâce à une vitesse d’assemblage deux fois plus rapide et à des technologies de fabrication innovantes, telles que des électrolytes solides fabriqués par revêtement humide continu sans le processus d’injection d’électrolyte liquide, de trempage et de dégazage, ProLogium peut produire ses batteries de manière plus rapide et plus précise.

De plus, cette usine servira de modèle pour la future usine que ProLogium ouvrira à Dunkerque, en France. En mai 2023, le fabricant taïwanais avait annoncé la construction de cette usine, dont la production devrait débuter en 2026. ProLogium prévoit d’investir 5,2 milliards d’euros d’ici 2030 pour atteindre une capacité de production annuelle de 48 GWh.

Lire aussi :   ZF lance son système de freinage électrique à 100 %

Le directeur général de ProLogium Europe, Gilles Normand, a souligné les avantages de la batterie solide. Le séparateur en céramique de cette technologie est plus solide que celui des batteries classiques, le rendant quasi-indestructible face aux chocs et réduisant ainsi les risques de court-circuit et d’incendie. De plus, la batterie solide permet un doublement de la densité énergétique, ce qui signifie qu’une batterie de même volume peut offrir une autonomie allant jusqu’à 1 000 km, contre 500 km pour une batterie classique. Cette avancée est particulièrement intéressante pour les gros rouleurs, qui représentent près de 30 % des acheteurs de véhicules neufs et qui seront les plus difficiles à convaincre de passer à l’électrique.