Il double les policiers en faisant des appels de phares à bord d’une voiture volée

Léo

il double les policiers en faisant des appels de phares

En conduisant à une vitesse excessive, le voleur a été trop insistant en suivant de près les policiers, ce qui a entraîné son arrestation rapide.

Interpellation d’un conducteur de voiture volée

Dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 novembre, un jeune homme de 21 ans a été arrêté par les policiers alors qu’il conduisait une voiture volée. Les agents, qui se déplaçaient dans un véhicule banalisé de la brigade anti-criminalité, ont rapidement remarqué le comportement suspect du chauffard. Celui-ci avait précédemment fait des appels de phare aux policiers afin de les dépasser par la droite, en excès de vitesse. Les faits se sont déroulés à Lésigny, en Seine-et-Marne.

Une arrestation mouvementée

En arrivant à vive allure derrière les forces de l’ordre, le jeune homme a rapidement attiré leur attention. L’arrestation a eu lieu sur la N104 à 4 heures du matin. Le conducteur a dépassé les policiers par la droite avant d’être pris en chasse par la brigade anti-criminalité. Bien qu’il ait reconnu les faits, il a donné du fil à retordre aux agents en refusant de se conformer à leurs ordres.

Pourtant, dès qu’il a vu les policiers le poursuivre avec leur gyrophare allumé, il a fallu quelques kilomètres au jeune homme pour couper le contact de la Toyota Rav 4, qui avait été déclarée volée en septembre 2023, qu’il conduisait.

Des liens avec d’autres vols de voitures

Après enquête, il a été découvert que le jeune homme, résidant dans les Yvelines, était impliqué dans divers vols de voitures au cours des dernières années. Il a été placé en garde à vue puis déféré au parquet de Melun, où il a admis les faits. Il sera jugé pour refus d’obtempérer et recel de vol dans le cadre d’une reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Lire aussi :   Une Citroën vendue à 45.000 euros !

Pour le délit de recel de vol, il risque une peine maximale de 5 ans de prison et 375 000 € d’amende. Si le recel de vol est considéré comme aggravé, les peines sont plus sévères, allant jusqu’à 10 ans de prison et 750 000 € d’amende. L’aggravation s’applique lorsque le délit est commis de manière habituelle, en utilisant les facilités offertes par une profession ou dans le cadre d’une bande organisée.