Accord entre Ford et l’UAW pour réforme

Léo

grève Ford

Après une grève de 41 jours, le constructeur américain et le syndicat sont parvenus à un accord de principe sur la future convention collective. Les salaires connaîtront une augmentation moyenne de 25% d’ici avril 2028.

Ford et l’UAW trouvent un accord après une grève de 41 jours

Après une grève de 41 jours, Ford et l’UAW ont trouvé un « accord de principe » qui comprend une augmentation de 25 % du salaire de base et des indemnités de vie chère, selon le syndicat. Cet accord doit encore être ratifié par les travailleurs lors d’un vote qui aura lieu dans les semaines à venir.

Le président du syndicat UAW, Shawn Fain, s’est félicité de cet accord en déclarant : « Nous avons obtenu des choses que personne ne pensait possibles ». Ford s’est dit « satisfait » de ce résultat et même le président américain Joe Biden a salué cette entente en parlant d’un « accord de principe historique ».

Shawn Fain a ajouté : « Depuis le début de la grève, Ford a mis sur la table 50 % de plus que lorsque nous avons débrayé. Cet accord nous place sur une nouvelle voie pour redresser la situation chez Ford, chez les Big Three et dans l’ensemble de l’industrie automobile ».

Pression sur GM et Stellantis

Le PDG de Ford, Jim Farley, a déclaré : « Nous sommes concentrés sur le redémarrage de l’usine de pick-up du Kentucky, de l’usine d’assemblage du Michigan et de l’usine d’assemblage de Chicago, sur le retour au travail de 20 000 employés de Ford et sur la livraison de notre gamme complète à nos clients ».

Lire aussi :   Stellantis France tourne la page d'une année compliquée : reformulez le titre en utilisant les mots clés les plus importants en premier.

Après cet accord de principe, les travailleurs de Ford reprendront leur poste pour faire pression sur General Motors et Stellantis, selon l’UAW.

Chuck Browning, vice-président de l’UAW, a souligné : « Il s’agit d’une décision stratégique visant à obtenir le meilleur accord possible. La dernière chose que GM et Stellantis souhaitent, c’est que Ford retrouve ses pleines capacités de production pendant qu’ils perdent du temps ».

Jusqu’à 40 dollars de l’heure

Le contrat de principe négocié avec Ford prévoit une augmentation salariale légèrement inférieure aux 40 % demandés par Shawn Fain au début de la grève, mais elle est nettement supérieure à celle de 9 % initialement proposée par Ford en août.

Le syndicat précise que cet accord prévoit une augmentation de 25 % du salaire de base jusqu’en avril 2028. Cela se traduira par une hausse de plus de 30 % du salaire le plus élevé, soit plus de 40 dollars de l’heure, et une hausse de 68 % du salaire de départ, à plus de 28 dollars de l’heure.

De plus, les travailleurs les moins bien payés de Ford bénéficieront d’une augmentation de plus de 150 % sur la durée de l’accord. L’accord supprime également les échelons salariaux qui désavantageaient les jeunes employés, améliore les pensions des retraités actuels et garantit le droit de grève en cas de fermeture d’usine.

Shawn Fain a assuré : « Ensemble, nous sommes en train d’inverser la tendance pour la classe ouvrière de ce pays ». (avec AFP)