Arrêt brusque du bonus à l’achat d’une voiture électrique en Allemagne

Léo

fin bonus écologique allemagne

La suppression inattendue du bonus écologique pour l’achat de voitures électriques suscite une inquiétude grandissante en Allemagne, en raison de la crise budgétaire qui affecte le gouvernement du chancelier Olaf Scholz.

La fin des aides à l’achat de voitures électriques en Allemagne

Le gouvernement allemand a récemment pris la décision de mettre un terme abrupt aux aides à l’achat de voitures électriques, une suppression qui pourrait porter un coup sévère à une industrie automobile allemande déjà en difficulté face à la transition écologique. Cette annonce a été faite le dimanche 17 décembre 2023 par des experts et la presse spécialisée.

Les bonus accordés pour l’achat de voitures électriques sont devenus les victimes de la crise budgétaire qui a suivi le séisme financier déclenché en novembre par la Cour constitutionnelle allemande. En effet, cette dernière a annulé la réaffectation des crédits inutilisés pendant la pandémie à des investissements verts et au soutien de l’industrie.

Le ministère de l’Économie a annoncé le samedi 16 décembre que les demandes ne seraient plus acceptées après le dimanche. Cette suppression a été qualifiée de « situation regrettable » par un porte-parole du ministère, conscient des attentes des consommateurs qui espéraient bénéficier de ces bonus pour l’achat d’un véhicule électrique.

Des conséquences dramatiques et la concurrence chinoise

Cependant, cette décision était jugée nécessaire car il n’y avait plus suffisamment de fonds disponibles pour prendre en compte les demandes reçues après le dimanche, selon le porte-parole.

Selon l’analyste Ferdinand Dudenhoeffer du Centre de recherche sur l’Automobile, cette décision pourrait avoir des conséquences dramatiques. En effet, la compétitivité des constructeurs automobiles allemands sera sérieusement mise à mal, a-t-il déclaré au journal Rheinische Post.

Lire aussi :   La nouvelle direction de Mazda France est composée de Laurent Thézée, Thomas Léonard, David Barrière et Karel Karsten.

De plus, le journal économique Handelsblatt a averti que la suppression de ces bonus risquait de compromettre l’objectif de l’Allemagne de mettre 15 millions de voitures électriques sur les routes d’ici 2030. Cet objectif était déjà considéré comme extrêmement irréaliste et il semble maintenant complètement illusoire, estime le journal.

Depuis 2016, un total de dix milliards d’euros a été alloué pour environ 2,1 millions de véhicules électriques, selon le ministère de l’Économie.

Les constructeurs automobiles allemands font face à des difficultés pour passer à la mobilité écologique dans un contexte de déclin économique mondial et de faible demande. De plus, ils doivent également faire face à la concurrence de leurs rivaux chinois, la Chine étant l’un de leurs principaux marchés. Ferdinand Dudenhoeffer estime que les Chinois renforcent massivement leur industrie automobile grâce à la présence de consommateurs, ce que nos constructeurs n’ont plus.

En novembre, la Cour constitutionnelle avait jugé que le gouvernement avait violé les règles budgétaires constitutionnelles en réaffectant 60 milliards d’euros de dépenses prévues dans le cadre de la pandémie à la lutte contre le réchauffement climatique.

Cette décision de la Cour constitutionnelle a créé un énorme déficit budgétaire et a plongé la coalition du chancelier Olaf Scholz dans la tourmente.

Récemment, le chancelier allemand et sa coalition ont trouvé un accord de dernière minute pour résoudre le casse-tête budgétaire en réduisant les dépenses publiques afin de combler un déficit budgétaire de 17 milliards d’euros en 2024. (avec AFP)