Investissement de Stellantis et Arkema dans les batteries sodium-ion

Léo

batterie sodium-ion

Deux acteurs majeurs, Stellantis et Arkema, ont rejoint Tiamat en tant que nouveaux actionnaires. Ils ont contribué à la levée de fonds de 22 millions d’euros de la start-up spécialisée dans les batteries sodium-ion sans lithium.

Stellantis et Arkema investissent dans les batteries sodium-ion pour une usine en France

Stellantis et Arkema ont récemment annoncé leur participation à une levée de fonds de 22 millions d’euros pour la start-up Tiamat, spécialisée dans les batteries sodium-ion sans lithium. Cette levée de fonds vise à financer la construction d’une usine en France dédiée à la production de ces batteries.

Tiamat a pour projet de construire une usine d’une capacité de 5 gigawattheures (GWh), avec une première tranche de 0,7 GWh prévue pour être opérationnelle dès la fin de l’année 2025, selon Arkema.

Une technologie prometteuse pour l’avenir des véhicules électriques

Cette nouvelle technologie de batteries sodium-ion permettrait de résoudre les problématiques liées à l’approvisionnement en cobalt et lithium, matériaux utilisés dans la fabrication des batteries pour les voitures électriques. En effet, le sodium, disponible en abondance, offre des avantages en termes de durabilité et de maîtrise des matières premières, explique Stellantis.

De plus, ces batteries sodium-ion présenteraient des avantages tels que la réduction des coûts, de meilleures performances à basse température et une capacité de recharge plus rapide, selon le constructeur automobile.

Stellantis a fixé des objectifs ambitieux pour les véhicules électriques à batterie (BEV) : d’ici à 2030, ils souhaitent que ces véhicules représentent 100% de leurs ventes de voitures particulières en Europe et 50% de leurs ventes de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers aux États-Unis.

Lire aussi :   Amélioration des réseaux de distribution logistique prévue pour 2023

Afin d’atteindre ces objectifs de vente, Stellantis doit sécuriser une capacité de batteries d’environ 400 GWh par an.

Outre Tiamat, d’autres acteurs du secteur se sont également intéressés aux batteries sodium-ion. Le spécialiste suédois des batteries Northvolt prévoit d’ouvrir une usine en Allemagne et a annoncé en 2023 avoir développé une batterie sodium-ion. De son côté, le géant chinois CATL a lancé une première génération de cette technologie en 2021. (avec AFP)