La grève officielle de l’UAW est terminée.

Léo

grève USA

Les conventions collectives, qui ont été le fruit de négociations intenses pendant la grève aux États-Unis, ont finalement été signées. Le syndicat UAW a confirmé, le lundi 20 novembre 2023, que ces accords ont été approuvés par 64 % de ses membres.

Les membres de l’UAW ratifient les nouvelles conventions collectives après une grève historique

Après une grève historique de plus de six semaines qui a touché pour la première fois les trois groupes en même temps, les membres de l’UAW ont voté pour ratifier leurs nouvelles conventions collectives, annonça l’UAW dans un communiqué le lundi 20 novembre 2023.

Une source syndicale avait indiqué samedi à l’AFP que les trois conventions avaient été ratifiées.

Le syndicat a précisé que 64% des syndiqués de Ford, GM et Stellantis avaient voté en faveur de la ratification de ces conventions collectives de quatre ans.

Des gains record pour les employés de l’automobile aux États-Unis

« Après des années de coupes, des mois de mobilisation et des semaines de piquets de grève, nous avons renversé la tendance pour les employés de l’automobile aux États-Unis », a commenté Shawn Fain, président de l’UAW élu au printemps, cité dans le communiqué.

Pendant des semaines, il répétait comme un mantra que « des profits records signifient des contrats records ».

Tous les employés grévistes ont repris le travail dès l’annonce des accords de principe fin octobre 2023, sans attendre les ratifications comme c’est d’habitude l’usage.

« La grève était juste le début. L’UAW établit de nouveau le standard. Nous allons désormais utiliser la force procurée par la grève et notre esprit de combat pour les autres industries que nous représentons et pour les millions de travailleurs non syndiqués prêts à se dresser et à se battre pour une meilleure vie », a poursuivi Shawn Fain.

Lire aussi :   Damien Pénelon monte en grade chez Jaguar Land Rover France

Le syndicat a obtenu le rétablissement de mesures d’adaptation au coût de la vie supprimées lors du sauvetage du secteur après la crise de 2008, des hausses salariales substantielles et des milliards de dollars d’engagements en produits et en investissements, selon le communiqué.

Sur les quatre prochaines années, les salaires vont augmenter de 33% à 160% selon le profil des employés et, pour des dizaines de milliers d’entre eux, de plus de 40% immédiatement.

Les nouvelles conventions incluent également des avantages sociaux, des améliorations pour les retraités, l’engagement que les employés des sites liés à la transaction électrique pourront se syndiquer, etc.

Les accords contiennent des spécificités en fonction du groupe, comme chez Stellantis en matière d’emplois, ou l’abandon du projet de fermeture de l’usine de Belvidere (Illinois) chez General Motors. (avec AFP)