Les automobilistes européens sont-ils prêts à conduire des véhicules chinois ? Reformulé : Les véhicules chinois sont-ils prêts à être conduits par les automobilistes européens ?

Léo

véhicule électrique véhicule chinois byd étude cetelem

La récente étude de l’Observatoire de l’automobile Cetelem a analysé l’attrait des marques chinoises auprès des consommateurs français. Quelle est l’opinion des utilisateurs à l’égard de ces nouveaux acteurs du marché ? Sont-ils disposés à effectuer un achat ?

L’industrie automobile chinoise se tourne vers la mobilité électrique

L’industrie automobile chinoise, qui était jusqu’à présent peu compétitive en dehors de la Chine, se lance dans la mobilité électrique, un secteur en plein essor. En effet, les ventes de voitures électriques connaissent déjà une croissance exponentielle et les constructeurs chinois ambitionnent de prendre une part importante de ce marché. Cette tendance s’explique par le fait que la motorisation électrique deviendra la nouvelle norme en 2035, selon une décision récemment adoptée.

Une image positive en progression, mais des réticences persistantes en France

Selon une enquête réalisée par l’Observatoire Cetelem de l’automobile auprès de 15 000 automobilistes européens, nord-américains et asiatiques, en moyenne 48 % d’entre eux ont une bonne image des véhicules produits en Chine. Cette perception positive représente une avancée significative pour ces voitures qui avaient tenté sans succès de percer sur le marché européen en 2005.

Cependant, en France, les automobilistes sont moins favorables à l’arrivée des voitures chinoises, avec seulement 39 % d’entre eux ayant une bonne image de ces marques. Ce chiffre est le plus bas d’Europe, mais la moyenne est tirée vers le haut par nos voisins espagnols et portugais, où un automobiliste sur deux a une bonne image des marques chinoises.

Des intentions d’achat en progression et des résultats encourageants

Au niveau mondial, les marques chinoises comptent 38 % d’automobilistes prêts à acheter l’un de leurs modèles. Ce chiffre est encourageant compte tenu de la distribution encore limitée de ces gammes en dehors de la Chine. En France, moins d’un interrogé sur trois est prêt à conduire une voiture chinoise, mais cela démontre néanmoins l’existence d’une clientèle. À l’échelle européenne, près de 34 % des conducteurs interrogés sont prêts à se mettre au volant d’un véhicule fabriqué en Chine.

Lire aussi :   La tueuse de Tesla : BYD Seal ?

Ces résultats sont corroborés par les immatriculations publiées par AAA Data dans le Journal de L’Automobile. Depuis le début de l’année 2023, MG Motor est classée 18e parmi les marques les plus vendues en France, avec 22 800 modèles commercialisés et une part de marché de 1,6 %. Ces résultats sont considérés comme très bons, d’autant plus que les experts prévoient une forte croissance des voitures chinoises dans les années à venir.

Des mesures de protection face à l’essor de l’industrie automobile chinoise

L’essor de l’industrie automobile chinoise suscite des inquiétudes au sein de l’Union européenne, qui a lancé une enquête le 13 septembre 2023 pour vérifier si le gouvernement chinois ne subventionne pas son industrie automobile de manière déloyale. Cette mesure est considérée comme protectionniste par la Chine. De son côté, la France a également pris des mesures pour se protéger d’un éventuel dumping chinois en révisant son dispositif de bonus automobile, qui favorisera davantage les véhicules produits en Europe.

L’atout qualité-prix des voitures chinoises

Les véhicules chinois se démarquent déjà des voitures occidentales en termes de rapport qualité-prix. En plus d’être très bien équipés et dotés de nombreuses technologies, ils se positionnent dans la moyenne haute des véhicules offrant un bon rapport qualité-prix, selon les automobilistes. Les marques japonaises arrivent en tête de ce classement, suivies des marques coréennes et chinoises, qui devancent les productions européennes et américaines. Cette caractéristique constitue un atout majeur pour les marques chinoises et pourrait convaincre les automobilistes hésitants.