L’exportation croissante de la Chine vers l’Europe

Léo

prévisions imports-exports des voitures en Europe en 2024

Le cabinet Inovev a récemment publié ses prévisions concernant les importations et les exportations de véhicules en Europe pour l’année 2024. Malgré une légère diminution de ces échanges, le secteur de l’industrie automobile européenne conserve une balance commerciale positive. Toutefois, il est important de noter que la Chine gagne en influence dans ce domaine.

Importations de véhicules en Europe : une croissance de 7% prévue entre 2022 et 2024

Selon le cabinet Inovev, les importations européennes de véhicules (VP et VU) devraient augmenter de 7% entre 2022 et 2024. En 2022, le volume d’importations s’est élevé à 3,2 millions de véhicules, et une estimation de 3,3 millions est prévue pour 2024.

Cette croissance est principalement due à l’augmentation attendue des importations de véhicules produits en Chine par des marques chinoises, majoritairement des véhicules électriques (BEV), observe le cabinet.

Cette hausse des importations en provenance de Chine est liée à la croissance prévue du marché des BEV en Europe. Selon le scénario de Inovev, environ 40% des véhicules légers neufs vendus en Europe seront des BEV d’ici 2030. Cette tendance est également due à une politique de mix prix-produits des constructeurs chinois attractive, avec une offre de véhicules abordables sur des segments B, voire A, et une proposition des constructeurs européens axée sur la valeur ajoutée plutôt que le volume.

Les importations chinoises en tête, la Turquie en déclin

En 2022, l’Europe, le Royaume-Uni et les pays de l’EFTA ont importé 3,1 millions de véhicules légers. Selon Inovev, environ 20% des voitures vendues sur le continent ont été importées.

Lire aussi :   Kia dévoile sa gamme modulaire de véhicules électriques.

La Turquie est le premier pays fournisseur de véhicules en Europe, représentant environ 20% des importations. Des marques telles que Fiat, Ford, Toyota et Renault possèdent d’importantes usines dans ce pays. Cependant, depuis 2017, la part de la Turquie dans les importations européennes a tendance à diminuer.

La Chine est passée de la dixième à la deuxième place en seulement deux ans (2021-2022) en termes d’importations de voitures en Europe. Les importations de voitures chinoises, ainsi que de modèles de marques européennes produits en Chine, ont accéléré ce mouvement.

En ajoutant la Corée du Sud et le Japon, l’Asie reste le principal fournisseur de véhicules importés en Europe, représentant 44% des importations.

Les exportations européennes en baisse

En parallèle, Inovev estime que les exportations européennes pourraient baisser de 6% en 2024, soit un volume de 4,1 millions de véhicules. Cette baisse s’explique par une régionalisation croissante des marchés, avec les grands pays acheteurs de véhicules européens cherchant à protéger leurs industries locales. Les États-Unis, par exemple, ont mis en place une politique favorisant la production locale, tandis que la Chine, grâce à la forte croissance des BEV, réussit à reprendre le contrôle de son marché local.

En 2022, l’Europe a exporté 4,4 millions de véhicules, soit environ 30% de sa production totale. Les États-Unis sont le premier acheteur de véhicules européens, suivis par la Chine.