Vers un marché à 1,75 million de véhicules : les dix points marquants de novembre 2023

Léo

vers un marché à 1,75 million de véhicules : les

Dans le marché en croissance de 14% en novembre 2023, avec un total de 152 712 unités, il est important de noter quatre points clés : Stellantis continue de rencontrer des difficultés, Citroën perd sa position au sixième rang, les voitures électriques représentent plus de 20% de part de marché et il y a un écart de près de 410 000 véhicules par rapport aux ventes de référence de 2019.

Vers un marché à 1,75 million de véhicules

Les immatriculations de véhicules en France continuent de progresser en novembre 2023, avec une hausse de 14% par rapport à la même période de l’année précédente, soit 152 712 unités. Sur les onze premiers mois de l’année, le marché a augmenté de 16,2%, atteignant un total de 1 593 719 véhicules immatriculés. Cependant, malgré cette évolution positive, le marché est encore loin des chiffres de 2019, année de référence, avec un écart de 409 370 voitures, soit une contraction de 20,4%. Il est prévu que l’année se termine avec 1,75 million de véhicules immatriculés, un chiffre qui deviendra probablement la norme dans les années à venir. Pour rappel, en 2022, il s’était écoulé 1 529 035 véhicules.

Renault au sommet

Depuis le début de l’année, Renault se démarque sur le marché automobile français. Avec ses trois marques, le constructeur se rapproche du volume de Stellantis et de ses neuf marques. Renault occupe la première place du podium avec 21 482 immatriculations, enregistrant une hausse de 14,3%. Dacia confirme sa troisième place avec une augmentation de 16,1% et 12 182 unités immatriculées. La marque Alpine continue également de séduire avec une croissance de 36,4% et 255 unités vendues. Depuis janvier 2023, le groupe Renault progresse de 20,3%, soit plus de quatre points au-dessus du marché.

Lire aussi :   Leasing social à 40 euros/mois : Renault lance sa Twingo E-Tech

Stellantis en berne

La situation de Stellantis ne s’améliore pas dans les chiffres du mois de novembre. Le groupe est le seul constructeur, à l’exception de Geely, à voir ses ventes chuter ce mois-ci, avec une baisse de 3,78% (37 174 immatriculations). En détail, Peugeot enregistre une baisse de 16,5%, DS Automobiles de 12,7% et Citroën limite la casse avec une diminution de seulement 4,2%. Heureusement, Fiat (+37,4%) et Opel (+64,7%) sauvent les meubles. Sur les onze premiers mois de l’année, Stellantis progresse de seulement 2,7%, le plus faible résultat de tout le marché. De plus, ses deux marques phares, Peugeot et Citroën, se contractent respectivement de 0,8% et 1%.

Citroën en… sixième position

Citroën continue de perdre du terrain et se retrouve à la sixième place ce mois-ci, avec 9 957 immatriculations (-4,2%). Autrefois la troisième marque vendue en France, Citroën est désormais devancée par Dacia, Toyota, Volkswagen et même Tesla. Renault et Peugeot restent en tête avec respectivement 21 482 et 17 957 immatriculations.

Un premium en forme

Sur le marché du premium, BMW reste le leader incontesté avec 5 962 voitures immatriculées, enregistrant une hausse de 37,6%. Mercedes-Benz connaît une année mitigée, mais reprend des couleurs avec une progression de 27,9% (5 214 immatriculations). Audi enregistre une hausse de 9,2% (4 394 immatriculations). Lexus et Land Rover affichent également de bons résultats, avec une croissance de 67,8% et 61,3% respectivement. En revanche, DS Automobiles, Volvo et Alfa Romeo sont moins performants.

Une part de marché de 20% pour l’électrique

Pour la première fois, les véhicules électriques représentent plus de 20% des immatriculations en France. Avec 30 769 unités vendues, les immatriculations électriques ont augmenté de 51,1%. Les hybrides non rechargeables enregistrent également une belle progression de 39%, représentant 24,4% des ventes. Les hybrides rechargeables augmentent de 17,8%, mais n’atteignent toujours pas les 10% de part de marché. Les voitures essence stagnent avec une hausse de seulement 0,7%, représentant 32% des ventes. Les immatriculations de voitures diesel continuent de chuter, avec une baisse de 28,3%. Les énergies alternatives (GPL + E85) représentent 5,2% du marché.

Lire aussi :   Infosys aide Smart à structurer ses ventes en ligne

Les VUL tiennent la cadence

Les immatriculations de véhicules utilitaires légers (VUL) se maintiennent à un bon niveau en novembre, avec un total de 33 785 unités, soit une hausse de 16,2% par rapport à novembre 2022. Depuis le début de l’année, les VUL affichent une progression de 8,8%, avec un total de 341 873 immatriculations. Renault est en tête avec 101 767 mises à la route, suivi de Peugeot (58 758) et Citroën (50 441).

Les flottes toujours au top

Depuis septembre, les immatriculations de voitures particulières pour les flottes se maintiennent autour de 50