Premier baromètre du véhicule industriel dévoilé par Mobilians

Léo

L

En collaborant avec la FFC Constructeurs, Mobilians réalise une étude sur le secteur des véhicules industriels et utilitaires. Les résultats préliminaires révèlent un vieillissement du parc automobile et une variation des immatriculations : les camions de plus de 26 tonnes prennent de l’importance par rapport aux modèles plus légers.

Le premier numéro du « Panorama de la filière véhicules industriels et utilitaires » met en lumière la distribution poids lourd

Nicolas Lenormant, président du métier véhicules industriels de Mobilians, a déclaré que peu d’informations sont disponibles sur la distribution poids lourd, ce qui a motivé la création du premier numéro du « Panorama de la filière véhicules industriels et utilitaires ». Ce rapport, réalisé conjointement par le syndicat professionnel et la FFC Constructeurs, est basé sur des données factuelles provenant d’organismes publics, ce qui garantit sa précision. L’objectif est de publier ce baromètre chaque année afin de dresser un état des lieux précis de la distribution, de la carrosserie et des réparations des poids lourd et des véhicules utilitaires légers (VUL).

Un parc roulant vieillissant

En 2022, le parc roulant français était composé de 307 433 camions, 219 834 tracteurs routiers et 89 200 VASP lourds (véhicules automoteur spécialisés). L’âge moyen du parc poids lourd était de 9,2 ans, avec une moyenne de 11,1 ans pour les porteurs et de 5,6 ans pour les tracteurs. Selon Nicolas Lenormant, les immatriculations de véhicules neufs sont en baisse depuis 10 à 20 ans, ce qui entraîne un vieillissement du parc.

Le rapport met également en évidence les différentes catégories de poids lourd en fonction de leur poids total autorisé en charge (PTAC). Les porteurs de 7,5 à 26 tonnes connaissent une baisse significative des immatriculations au cours des 10 dernières années, tandis que les camions de 26-32 tonnes et de plus de 35 tonnes ont enregistré une augmentation des immatriculations. Les secteurs du transport de marchandises, des bennes et du transport à température dirigée concentrent plus de 60 % des immatriculations.

Lire aussi :   La course au leadership des marketplaces VO

La faible part des véhicules électriques

Le rapport souligne que le parc de poids lourd et les immatriculations restent majoritairement diesel. En 2022, 93,7 % des immatriculations de poids lourd étaient des véhicules diesel, tandis que le GNV représentait 3,9 % et les véhicules électriques seulement 0,3 %. Cette part pourrait augmenter à 1 % en 2023. Nicolas Lenormant explique que l’achat de camions électriques est principalement motivé par les aides de l’État, et que sans ces aides, les transporteurs ne seraient pas intéressés. Cependant, les enveloppes budgétaires pour les camions électriques sont limitées, ce qui freine leur adoption. La réglementation devrait finalement jouer un rôle clé dans la transition vers des véhicules plus propres.