Hausse relative des ventes de véhicules électriques depuis 2019 grâce au bonus automobile

Léo

impact bonus-malus selon France Stratégie

D’après une étude de France Stratégie, le mécanisme de bonus-malus aurait permis une diminution de 12 % des émissions moyennes de CO2 des voitures neuves en 2021. Par ailleurs, il aurait également entraîné une augmentation des ventes de voitures électriques, bien que modeste, estimée à 40 %.

France Stratégie publie une étude relative à l’impact du nouveau bonus automobile

Alors que les professionnels attendent toujours le décret d’application qui instaurera le nouveau bonus automobile, France Stratégie vient de publier une étude qui met en perspective l’impact de cette aide financière sur l’achat de véhicules électriques.

Selon cette étude, qui se base sur les données depuis 2019, le bonus automobile a contribué à une augmentation relative des ventes de véhicules électriques. Cependant, France Stratégie souligne que l’effet de cette aide financière est modeste et qu’il existe d’autres facteurs qui influencent davantage les choix des consommateurs.

Une analyse nuancée de l’efficacité du bonus automobile

L’étude de France Stratégie montre que depuis l’introduction du bonus automobile en 2019, les ventes de véhicules électriques ont augmenté, mais cette hausse reste relative. Selon l’organisme, le bonus n’est pas le principal moteur des ventes de véhicules électriques et d’autres facteurs tels que l’autonomie, le coût des véhicules et l’infrastructure de recharge ont un impact plus important sur les décisions d’achat des consommateurs.

De plus, l’étude souligne que le montant du bonus peut varier considérablement en fonction des caractéristiques du véhicule électrique, ce qui peut créer des inégalités et ne pas favoriser pleinement l’accessibilité à cette technologie.

En conclusion, France Stratégie met en évidence la nécessité de prendre en compte l’ensemble des facteurs qui influencent l’adoption des véhicules électriques, au-delà du seul bonus automobile.

Lire aussi :   Tommaso Pardi, expert de Gerpisa, met en garde contre le report de la date butoir de 2035