Suppression de 1 500 postes en Allemagne : Bosch envisage des réformes

Léo

Bosch suppressions postes Allemagne

L’équipementier prévoit de réduire de 1 500 postes ses effectifs dans deux usines allemandes, en réponse à l’impact croissant des véhicules électriques sur le secteur des transmissions traditionnelles. Bosch assure qu’aucun licenciement sec ne sera effectué.

Bosch annonce la suppression de 1 500 emplois

L’industrie automobile allemande est confrontée à une série de mauvais signaux. Après Michelin, c’est maintenant au tour de Bosch d’annoncer la suppression potentielle de jusqu’à 1 500 emplois d’ici 2025 sur ses sites de Stuttgart-Feuerbach et Schwieberdingen.

Des discussions sont déjà en cours avec les représentants des salariés pour trouver des mesures alternatives afin d’éviter les licenciements secs.

La porte-parole de l’équipementier a expliqué : « Nous comptons sur le reclassement interne des collaborateurs dans d’autres domaines, sur l’offre de programmes de qualification pour les domaines en croissance, ainsi que sur des réglementations de retraite anticipée ou des accords de départ volontaire« .

Cette décision de Bosch est motivée par le changement structurel dans les entraînements automobiles. Les véhicules électriques utilisent des transmissions plus simples, à une seule vitesse, nécessitant moins de pièces par rapport aux véhicules à moteur à combustion.

Cependant, la transition vers l’électromobilité nécessite des investissements initiaux élevés et entraîne une réduction de la demande en main-d’œuvre.

En outre, la faiblesse de l’économie mondiale, l’inflation persistante due à l’augmentation des coûts de l’énergie et des matières premières, ainsi que les effets négatifs des taux de change, aggravent encore la situation, explique une source interne.

Malgré cela, Bosch s’engage à exclure les licenciements secs, conformément à un accord conclu cet été avec les représentants des salariés. En juillet 2023, l’entreprise a signé un accord excluant les licenciements dans la branche mobilité en Allemagne, qui emploie environ 80 000 salariés.

Lire aussi :   Euro 7 : un changement coûteux pour l'industrie automobile

500 000 emplois menacés en Europe d’ici 2040

Ce secteur connaît actuellement de nombreux bouleversements liés aux nouvelles solutions d’entraînement, à l’importance croissante des logiciels, aux nouvelles architectures de véhicules, à la conduite automatisée et à la demande de services de mobilité.

La politique actuelle d’électrification forcée de l’automobile pourrait entraîner la suppression de jusqu’à 500 000 emplois d’ici 2040 parmi les équipementiers de l’Union européenne, selon une étude publiée début décembre 2023 par l’Association européenne des fournisseurs automobiles (Clepa). (avec AFP)