Démission de Patrick Cholton de la présidence de la FFC

Léo

Patrick-Cholton-ffc

Patrick Cholton, élu en mars 2022 à la présidence de la Fédération française de carrosserie (FFC), a récemment vu son troisième mandat annulé par la justice. En effet, les statuts de l’organisation professionnelle ne permettent que deux mandats à la présidence.

Invalidation de l’élection de Patrick Cholton à la présidence de la FFC

La Fédération française de carrosserie (FFC) est secouée par un conflit interne. Le président Patrick Cholton a récemment appris que sa dernière réélection a été invalidée par la justice. Son troisième mandat de quatre ans a été jugé contraire aux statuts du syndicat qui n’autorisent que deux mandats consécutifs. Par conséquent, la fédération est contrainte d’organiser une nouvelle élection pour choisir un nouveau président.

Avec seulement quelques jours avant le salon Solutrans (du 21 au 25 novembre), la gouvernance de la FFC a pris les devants en nommant un conseil d’administration qui se tiendra le 13 novembre à 14h30.

Patrick Cholton réagit vivement à cette décision de justice, qualifiant cela de « coup bas » provenant du comité de la branche FFC constructeurs, en conflit avec le reste de la fédération depuis près de dix ans. Il déplore le timing de cette décision juste avant Solutrans, estimant que cela démontre leur manque d’intérêt pour la filière.

En outre, des rumeurs sur le « train de vie dispendieux » de l’ancien président ont été publiées dans la presse en marge de cette décision de justice. Cependant, Patrick Cholton nie ces allégations, affirmant que sa seule rétribution provient de Carpromo, la société commerciale de la FFC, et qu’il ne reçoit que 13 000 euros par an pour ses services à la fédération. Il envisage de prendre des mesures judiciaires contre ses accusateurs, qu’il accuse à son tour de mener une politique de destruction contre la fédération.

Lire aussi :   Nouveau directeur des opérations de Mobilize : Matthieu Tenenbaum

Un différend entre les branches de la FFC

En réalité, cette invalidation de l’élection de Patrick Cholton est le reflet d’une bataille de pouvoir entre les trois branches de la FFC. La branche constructeurs de l’organisation professionnelle, en conflit avec les branches réparateurs et équipementiers depuis plusieurs années, a intenté l’action en justice. Les adhérents constructeurs se sont opposés à la réélection de Patrick Cholton, ce qui a exacerbé les tensions.

Un porte-parole de la FFC explique que lors de cette élection, aucun candidat ne s’était présenté. Par conséquent, le comité de gouvernance a demandé à Patrick Cholton d’exécuter un troisième mandat à titre exceptionnel, étant donné que les réparateurs et équipementiers étaient plus nombreux que les constructeurs au sein du comité. La branche constructeurs a contesté ce vote et a finalement obtenu gain de cause en attaquant l’élection sur sa forme.

De son côté, Patrick Cholton souligne que la branche constructeurs ne respecte plus les statuts de la fédération depuis deux ans, en refusant de partager ses informations et en ne participant plus aux réunions du bureau. Il mentionne notamment l’organisation d’un baromètre de la filière VI et VUL avec Mobilians le 8 novembre 2023, auquel la FFC Constructeurs a participé sans informer les autres branches.

Il reste désormais à voir l’issue de la nouvelle élection et les conséquences de ces querelles internes sur la gestion future de la fédération. Il est important de rappeler que la FFC compte actuellement 400 carrossiers constructeurs, 2 000 carrossiers réparateurs et 70 équipementiers, représentant plus de 80 000 salariés.