Étude de l’attractivité des métiers de la carrosserie par Mobilians en collaboration avec Weinmann Technologies

Léo

Updated on:

Carrosserie Mobilians Weinmann Technologies

Le syndicat professionnel collabore avec un expert en cabines de peinture pour mener une enquête sur la perception du grand public à l’égard des carrosseries. Mobilians et Weinmann cherchent à trouver des solutions pour améliorer leur attrait. L’objectif est de répondre à la demande de main-d’œuvre dans les ateliers.

Problèmes de recrutement dans l’industrie de la carrosserie

La plupart des carrosseries françaises sont actuellement confrontées à des difficultés de recrutement, en particulier dans le domaine de la peinture. Afin de mieux comprendre cette problématique, Mobilians s’est associé à Weinmann Technologies pour mener une analyse approfondie.

Enquête nationale et symposium pour attirer et fidéliser les jeunes

Une enquête nationale sur les perceptions sociales et professionnelles des métiers de la carrosserie et leur attractivité sera réalisée au dernier trimestre de 2023. Cette étude, réalisée en collaboration avec un laboratoire de recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, ciblera différents groupes sociaux tels que des jeunes scolarisés, des enseignants et des professionnels de l’automobile.

Les résultats de cette enquête seront présentés lors d’un symposium national à l’automne 2024, organisé par Mobilians. Des recommandations pratiques seront également publiées pour les professionnels de l’industrie et les parties prenantes.

Cette étude vise à comprendre le désintérêt global pour les métiers de la carrosserie et à trouver des moyens efficaces de revaloriser ces professions. Elle permettra également de définir des stratégies pour fidéliser les professionnels dans les ateliers.

En collaboration avec l’Anfa, le GNFA et la Fipec, Mobilians et Weinmann mènent cette initiative dans le cadre d’une campagne plus large visant à rendre les métiers de la carrosserie-peinture plus attractifs.

Lire aussi :   En 2024, 62 % des Français ont toujours un budget VO contraint