Le défi de l’électrification pour Petit Forestier

Léo

Petit Forestier

Le fournisseur de location à long terme de véhicules frigorifiques s’engage dans la transition énergétique en visant à convertir 40 % de sa flotte mondiale en véhicules électriques d’ici 2030. Pour y parvenir, Petit Forestier devra convaincre, accompagner et former ses clients, ce qui inclut notamment l’organisation d’un roadshow européen.

Petit Forestier vise une transition énergétique ambitieuse en basculant 40% de sa flotte mondiale à l’électrique d’ici 2030. L’objectif est de réduire de 25% son empreinte carbone par rapport à 2021. Cependant, cela dépendra de ses 15 000 clients, allant des artisans aux multinationales, qui auront un rôle crucial à jouer.

En France, seules 6% des commandes concernent actuellement des véhicules électriques en 2023, mais cela marque une croissance significative par rapport aux 3% de l’année précédente. Sylvain Dupont, le directeur général de Petit Forestier France, a souligné cette progression, bien qu’il n’ait pas fourni de chiffres plus précis. Le groupe commande entre 2 500 et 5 000 véhicules à l’échelle nationale.

Le plan de Petit Forestier est d’atteindre 70% de commandes mondiales de véhicules électriques d’ici 2030, avec l’objectif spécifique de dépasser les 10 000 véhicules électriques en France, contre 1 150 actuellement.

Pour accélérer cette transition, Petit Forestier a lancé un roadshow de six mois qui a débuté le 29 novembre 2023 au marché de Rungis, suivi d’autres étapes à Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Lille et Villepinte, ainsi que dans dix autres pays européens.

L’objectif de ces journées est de démontrer aux clients la réalité et la faisabilité de l’électrique, en exposant neuf modèles de véhicules répondant aux exigences de Petit Forestier en termes d’autonomie, de châssis, d’installation de hayon élévateur et de groupe frigorifique. Petit Forestier dispose également de deux carrossiers, Le Capitaine et Igloo Car, qui se chargent de toutes les transformations de véhicules.

Lire aussi :   Mazda et IMA renforcent leur partenariat pour une meilleure collaboration

La gamme de véhicules électriques proposée par Petit Forestier s’étend du Renault Kangoo E-Tech Maxi au Renault Trucks D16 E-Tech de 16 tonnes de PTAC, en passant par des modèles tels que les Citroën ë-Jumpy, Fiat e-Scudo, Iveco eDaily, Renault Master E-Tech et JAC iJAC. Ils proposent également des vélos cargos à assistance électrique qui tractent des groupes frigorifiques développés avec K-Ryole.

Le focus actuel de Petit Forestier se concentre sur les utilitaires légers, car la majorité de sa flotte est composée de véhicules de moins de 3,5 tonnes. Cela correspond parfaitement aux besoins de ses clients qui effectuent principalement de la distribution urbaine et régionale sur des distances relativement courtes, rarement au-delà de 300 km par jour.

Cependant, Petit Forestier rencontre des défis dans l’électrification des véhicules de 16 tonnes de PTAC, avec seulement un modèle disponible actuellement, le Renault Trucks D16 E-Tech. Le constructeur Volta Trucks, avec lequel Petit Forestier avait signé un pré-accord pour 1 000 unités du Volta Zero, a récemment fait faillite, ce qui a été un revers pour Petit Forestier. Néanmoins, le groupe reste déterminé à poursuivre son objectif de transition énergétique en explorant d’autres alternatives.

En plus de sa gamme de véhicules électriques, Petit Forestier accompagne également ses clients en fournissant des services de recharge, de gestion de flotte et de conseil spécifiquement liés à la décarbonation. Ils estiment que remplacer un véhicule diesel par un véhicule électrique nécessite la mise en place d’un écosystème complet comprenant la recharge, la formation des conducteurs et la formation des techniciens pour l’entretien des véhicules électriques.

Lire aussi :   Kinto Europe : Didier Gambart devient le nouveau responsable

Petit Forestier voit son rôle et sa responsabilité d’aider à créer toutes les conditions favorables à l’adoption de l’électrique. Ils estiment que l’électrique est la technologie la mieux adaptée aux besoins de leurs clients, mais ils ne s’interdisent pas d’explorer d’autres options telles que l’hydrogène et le rétrofit, à condition que cela soit financièrement acceptable et que la performance opérationnelle des clients soit préservée.