Le premier rapport de l’Avere sur le prix de la recharge publique publié

Léo

le premier rapport de l'avere sur le prix de la

L’association Avere a publié le premier rapport semestriel sur la recharge publique, en collaboration avec P3, une société de conseil. Selon cette étude, les propriétaires de véhicules électriques peuvent économiser jusqu’à deux tiers de leur budget annuel par rapport à ceux qui possèdent des véhicules thermiques.

Un rapport semestriel sur le prix de la recharge publique

Le gouvernement français a récemment annoncé un budget supplémentaire de 200 millions d’euros pour accélérer le déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques. En parallèle, Clément Molizon, délégué général de l’Avere-France, a signalé la publication imminente d’un premier rapport semestriel sur le prix de la recharge publique.

Cette étude, réalisée en collaboration avec la société de conseil P3, regroupe les données d’avril à août 2023 et permet de détailler les coûts liés à la recharge des véhicules électriques en France. Elle met en évidence les variations de prix en fonction de différents facteurs tels que la puissance de recharge, la souscription à un abonnement et les habitudes de conduite.

Antoine Herteman, président de l’Avere-France, explique que les conducteurs et les acteurs de l’industrie manquent souvent de données précises sur l’évolution des coûts de la recharge pour prendre des décisions. Le rapport vise donc à rendre la mobilité électrique plus transparente pour tous les conducteurs, quel que soit leur profil ou leurs besoins.

L’abonnement « plus économique » et les frais annexes de la recharge

Selon le rapport de l’Avere, il existe deux types de conducteurs : les « conducteurs typiques » qui parcourent 15 000 km par an, et les « conducteurs gros rouleurs » qui parcourent 30 000 km par an. Pour la première catégorie, la dépense moyenne liée à la recharge sur des bornes publiques se situe entre 10,48 euros et 14,73 euros par mois. Ces résultats varient en fonction de la souscription ou non à un abonnement. Pour la seconde catégorie, les conducteurs pourraient débourser en moyenne 64 euros supplémentaires.

Lire aussi :   Nouveau directeur des services du crédit à la consommation de la Société Générale : Ludovic Van de Voorde.

Le rapport souligne que la recharge à domicile, sur borne gratuite ou au travail, est la moins coûteuse pour les électromobilistes. L’Avere estime que le « conducteur typique » réalise 85 % de sa recharge à domicile. Par conséquent, le budget d’approvisionnement pour ces conducteurs peut être divisé par trois par rapport à celui d’un propriétaire de véhicule thermique. En ce qui concerne la recharge publique, le rapport montre que le format de l’abonnement est le plus économique pour les conducteurs de véhicules électriques.

L’Avere précise également que les frais annexes de la recharge, tels que les frais de démarrage, de fin de session ou de stationnement après la recharge, ont augmenté au cours des derniers mois. Cette tendance entraîne une légère hausse du coût global de la recharge selon l’association.

En conclusion, ce rapport semestriel permet d’obtenir des informations précises sur les coûts de la recharge publique en France, en prenant en compte différents facteurs. Il met en évidence l’importance de la recharge à domicile et souligne l’impact des frais annexes sur le coût global de la recharge. Ces données contribuent à rendre la mobilité électrique plus transparente pour tous les conducteurs.