Les entreprises demandent le soutien du gouvernement pour le verdissement des flottes

Léo

flottes entreprises

Plusieurs entreprises adhérant à l’initiative EV100 ont envoyé une lettre au gouvernement français pour le solliciter à encourager le passage aux véhicules électriques. Les signataires demandent notamment un financement amélioré et une réglementation plus stable, notamment en ce qui concerne les bonus.

L’État doit soutenir la transition vers les véhicules électriques, selon le Climate Group

Le Climate Group, en collaboration avec certains des plus grands opérateurs de flottes en France, a adressé une lettre au gouvernement français le 7 février 2024. Dans cette lettre, ils soulignent que le passage aux véhicules électriques ne se limite pas à un simple changement de motorisation, mais constitue une transition culturelle et organisationnelle profonde. Ils appellent donc l’État à reconnaître cette transition et à la soutenir.

Alors que les pouvoirs publics envisagent d’imposer des quotas écologiques plus stricts pour les flottes d’entreprise, les signataires de la lettre demandent à l’État français d’encourager la transition vers les véhicules électriques. Ils estiment que cela favorisera la compétitivité économique et réduira la pollution atmosphérique.

Sandra Roling, directrice des transports au Climate Group, déclare : « Un nombre croissant d’entreprises françaises s’engagent et investissent énormément dans l’électrification de leurs flottes, et elles ont besoin du soutien du gouvernement ».

Des demandes pour accélérer le verdissement des flottes

Les entreprises membres de l’initiative EV100 estiment ne pas recevoir suffisamment de soutien de la part du gouvernement français. Elles ont formulé plusieurs demandes dans leur lettre. Tout d’abord, elles demandent un soutien financier réel de la part des pouvoirs publics pour l’acquisition de véhicules électriques.

Lire aussi :   Le bien-être des travailleurs et son lien croissant avec la mobilité

En effet, les coûts d’acquisition et d’utilisation de certains utilitaires électriques sont encore trop élevés par rapport aux véhicules thermiques. Les membres d’EV100 demandent donc à l’État français de maintenir les aides et incitations fiscales actuelles, afin d’accélérer le verdissement des flottes professionnelles des entreprises en retard.

Les signataires de la lettre souhaitent également une clarté et une certitude réglementaires, notamment en ce qui concerne les subventions, les bonus et les avantages fiscaux liés aux véhicules électriques. Ils affirment que l’absence de visibilité sur l’évolution du cadre réglementaire et fiscal entrave la planification et le budget de leur transition.

Enfin, les membres du programme EV100 estiment qu’il est crucial que le gouvernement encourage le déploiement d’infrastructures de recharge pour les véhicules électriques. Ils considèrent que la recharge publique, en particulier la recharge rapide, est essentielle pour accélérer le verdissement des flottes professionnelles.

Bruno Pedrotti, responsable des affaires publiques pour l’Europe du Sud et l’Amérique latine chez Danfoss, souligne : « Cette électrification des flottes professionnelles joue un rôle clé dans la décarbonation du transport routier en France et le gouvernement a l’opportunité de nous donner, ainsi qu’à d’autres entreprises, la confiance et la clarté nécessaires pour continuer à investir à un rythme soutenu dans la mise en circulation accélérée des véhicules électriques, en phase avec nos ambitions de décarbonation ».