Les voitures électriques aux États-Unis : Hertz fait marche arrière.

Léo

Hertz

Le loueur de voitures a annoncé qu’il va vendre une grande partie de son parc de voitures électriques. Au cours de l’année 2024, Hertz prévoit de céder 20 000 unités afin de revenir à des voitures à moteur thermique.

Hertz vend une large partie de sa flotte électrique aux États-Unis

Le groupe de location courte durée automobile, Hertz, a annoncé un plan de cession de 20 000 voitures électriques aux États-Unis. Cette décision vise à équilibrer l’offre avec la demande, alors que le niveau de demande pour les véhicules électriques n’a pas été aussi élevé que prévu. Le PDG de Hertz, Stephen Scherr, a déclaré que la société était peut-être en avance sur elle-même dans son engagement envers les véhicules électriques.

Une conjonction de facteurs impacte la décision de Hertz

La décision de Hertz de vendre une partie de sa flotte électrique fait suite à une baisse de la croissance des ventes de voitures d’occasion sur le marché américain. Au dernier trimestre 2023, cette croissance n’a été que de 1,3 %. Cette décision marque un revirement pour Hertz, qui avait passé des commandes importantes de véhicules électriques auprès de Polestar et Tesla. Cependant, la baisse des prix des véhicules Tesla et les coûts d’amortissement plus élevés ont pesé sur la rentabilité de Hertz. Cette opération de vente devrait augmenter les flux de trésorerie disponibles de 250 à 300 millions de dollars en 2024-2025 et améliorer l’Ebitda de l’entreprise. Cependant, Hertz enregistrera une charge hors trésorerie d’environ 245 millions de dollars dans ses résultats du quatrième trimestre. Cette décision a également été sanctionnée par les investisseurs à la Bourse de New York, qui ont réagi à la perte de profitabilité liée aux problématiques des véhicules électriques.

Lire aussi :   Le public recherché pour le forfait mobilités durables reste encore à trouver

(Article rédigé avec l’aide de Bloomberg)