Software République : Eric Feunteun affirme que 60 % des idées se concrétisent en projets

Léo

Entretien avec Eric Feunteun

La Software République, dont Renault est l’un des cofondateurs, a récemment lancé ses premiers produits et services. Eric Feunteun, directeur opérationnel de cette structure, profite de cette étape commerciale pour faire le bilan du travail accompli et évoquer les perspectives futures.

La Software République : Une ambition d’innovation concrète

La Software République, composée de six membres fondateurs, dont Renault, vise à concrétiser des projets d’innovation dans le domaine de l’automobile. Contrairement à un think tank ou à un centre de recherche, l’objectif est de développer des produits et des services en collaboration avec des start-up soigneusement sélectionnées. L’accent est mis sur la pertinence par rapport aux objectifs, plutôt que sur le potentiel de licorne.

Depuis la création de la Software République, 60 % des idées se sont transformées en projets concrets. Des interactions sont créées pour favoriser les collaborations et l’accès aux fonds d’investissement.

Des innovations concrètes et variées

La première borne de recharge pour voiture électrique, 100 % française en termes de composants, a récemment été finalisée. Elle se distingue par sa bidirectionnalité, une propriété unique sur le marché des bornes domestiques. La cybersécurité a également été prise en compte pour garantir la fiabilité de cette borne. Elle sera commercialisée par Renault, Mobilize et d’autres partenaires en marque blanche, avec des discussions en cours avec des groupes de distribution intéressés par les produits haut de gamme.

Une autre réalisation à venir est une application sécuritaire développée avec Core for Tech, une des start-up intégrées à la Software République. Cette application surveille les conducteurs pour prévenir l’endormissement, offrant ainsi une solution pour les véhicules plus anciens dépourvus de fonctionnalités natives. D’autres projets sont également en cours avec des start-up telles que Matvisio, qui développe un système d’analyse de la posture des automobilistes.

Lire aussi :   Étude des habitudes de lavage des Français par Wash France

En ce qui concerne la cybersécurité, la Software République travaille en collaboration avec Orange et Thalès pour proposer une réponse dès 2025, en avance sur la réglementation.

La Software République ne se limite pas aux avancées technologiques, mais s’engage également dans des projets de structuration. La Talent Academy a récemment été lancée pour construire un parcours de recrutement des compétences. Cette initiative vise à susciter des vocations d’ingénieurs dès le collège, en mettant l’accent sur les femmes et en proposant des programmes d’apprentissage pour dissuader les candidats de partir à l’étranger. Des efforts sont également déployés pour offrir des formations qualifiantes aux professionnels plus âgés en reconversion.

Enfin, l’Intelligence Artificielle Générative est considérée comme un outil au service des problématiques à résoudre, et non comme un point de départ. Les projets de la Software République doivent être commercialisables et rentables, en évitant les effets de mode.

Malgré l’atténuation de l’effet de bulle, les investisseurs continuent de soutenir les projets sérieux, même si les valorisations peuvent être légèrement inférieures aux attentes initiales.