Stationnement cher à Paris pour les conducteurs de SUV

Léo

suv paris vote stationnement

Le 4 février 2024, les habitants de Paris ont approuvé l’instauration d’un tarif de stationnement spécifique pour les SUV. Cependant, le faible taux de participation de moins de 6% ne reflète pas véritablement l’opinion générale des citoyens. Certains critiquent également le processus de vote.

Les SUV à Paris : une taxe de stationnement plus élevée

Près de la moitié des ventes de voitures à Paris sont des SUV, des véhicules qui consomment en moyenne 15 % de plus qu’un véhicule de plus petite taille. Pour remédier à cette problématique, les conducteurs de SUV devront désormais payer 200 % du tarif « réduit » pour se garer dans la capitale. Ce tarif réduit est réservé aux voitures thermiques et hybrides (rechargeables ou non) pesant moins de 1,6 tonne, ainsi qu’aux voitures électriques de moins de deux tonnes.

Une votation controversée et peu suivie

Lors du vote du dimanche 4 février 2024, les Parisiens étaient appelés à se prononcer sur la création d’un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes et polluantes. Le résultat a montré que 54,45 % des votants étaient favorables à cette mesure. Paris emboîte donc le pas à Lyon, qui adoptera également un tarif différencié pour le stationnement des SUV dès le mois de juin.

Cependant, la votation n’a pas suscité un grand intérêt de la part des Parisiens, avec seulement 5,68 % de participation. Ce chiffre est inférieur à celui de la votation sur les trottinettes électriques en libre-service en avril 2023, qui avait été de 7,5 %.

Des critiques et des partisans

Devant le bureau de vote de la mairie du XVe arrondissement, où le vote contre la mesure l’a emporté à 59 %, certains expriment leur opposition. Christian, 50 ans, entouré de sa famille, a voté contre la mesure et critique le manque de communication sur la votation. De son côté, David Alphand, vice-président du groupe d’opposition Changer Paris, dénonce une question biaisée qui porte atteinte à la démocratie locale.

Lire aussi :   Le secteur des flottes pris de court par la fin du bonus

Malgré ces critiques, la votation a trouvé quelques partisans. Mélanie, éducatrice de jeunes enfants et résidente du VIIe arrondissement, s’est laissée convaincre par la mesure. Elle estime que les SUV transportent autant de personnes que les plus petits véhicules tout en polluant davantage, et juge donc légitime de leur faire payer une taxe de stationnement plus élevée.