En 2024, Mazda mise sur la stabilité des ventes BtoB

Léo

Mazda joue la carte de la stabilité

Après une année marquée par des résultats remarquables, surpassant les tendances du marché, la division BtoB de Mazda France vise à renforcer ces performances. En 2024, la marque s’engage à maintenir sa position avant de poursuivre sa croissance.

Mazda France vise une croissance continue en 2024

Mazda France peut se féliciter de ses résultats en 2023, avec une croissance de 43,4% et un volume de 10 095 immatriculations, selon AAA Data. La marque japonaise a ainsi franchi un palier symbolique et compte bien maintenir cette performance en 2024.

Yoann Ruffin, responsable des activités BtoB et remarketing VO chez Mazda, a déclaré dans une interview accordée au Journal de l’Automobile : « Sur un marché des voitures neuves que nous pensons être stable en 2024, nous allons viser un total de 10 000 immatriculations. Ensuite, nous chercherons à représenter 1% du marché français. »

Des performances exceptionnelles dans les ventes aux entreprises

Pendant l’exercice précédent, les ventes aux entreprises ont représenté 28% des immatriculations annuelles de Mazda, soit 2 827 livraisons. En comparaison, les ventes aux particuliers ont représenté 41,2% des mises à la route, avec un total de 4 156 unités.

Alors que les ventes aux particuliers ont augmenté de 19,5% en un an chez Mazda, sur un marché national en hausse de 18,5%, les ventes aux entreprises ont connu une accélération de 128,8%, contre une tendance moyenne de +15,1%. La marque japonaise a ainsi enregistré 1 421 immatriculations dans ce canal.

Les loueurs longue durée ont également été séduits par Mazda, avec une augmentation de 202,9% des immatriculations en 2023, sur un marché en croissance de 26,8%. 515 véhicules ont ainsi été immatriculés via le réseau de Mazda.

Lire aussi :   Citroën C5 Aircross Hybride 48 V : repartez avec une batterie !

Dans le segment des loueurs courte durée, en hausse moyenne de 15,1% avec 146 471 VN, Mazda a enregistré 891 immatriculations, soit une augmentation de 290,8% par rapport à 2022. Yoann Ruffin souligne que Mazda a volontairement bridé ce canal pour préserver ses valeurs résiduelles, mais laisse le réseau gérer cette activité pour gagner en profitabilité.

Le mix des immatriculations VN de Mazda en 2023 se répartit comme suit :

– Particuliers : 4 156 immatriculations (19,5% de croissance)
– Sociétés et admin. : 1 421 immatriculations (128,8% de croissance)
– Loueurs longue durée : 515 immatriculations (202,9% de croissance)
– Loueurs courte durée : 891 immatriculations (290,8% de croissance)
– Véhicules de démonstration : 2 927 immatriculations (25,2% de croissance)
– TT : 31 immatriculations (-24,4% de croissance)
– Constructeurs : 154 immatriculations (-7,2% de croissance)
– Total : 10 095 immatriculations (43,4% de croissance)

Source : AAA Data

Des moyens financiers renforcés pour soutenir les ventes

Yoann Ruffin, responsable des ventes à professionnels chez Mazda, souligne que le succès de la marque japonaise a permis de renforcer sa trésorerie et d’ouvrir de nouvelles perspectives. Mazda dispose désormais des moyens financiers nécessaires pour augmenter la pénétration des ventes en LLD à 15% en 2024, contre 14,1% en 2023.

Mazda a également noué un accord avec BNP Paribas pour proposer une formule inédite de solutions buy-back qui s’appuie directement sur les concessionnaires.

La technologie est également un atout pour Mazda, notamment avec la motorisation PHEV qui bénéficie encore d’aides fiscales. La version diesel de Mazda, grâce à sa micro-hybridation, bénéficie également d’une baisse de malus. Les versions hybrides ont représenté les deux tiers des ventes de Mazda en BtoB l’année dernière.

Lire aussi :   Réduction importante des coûts de production envisagée par Renault

La location courte durée restera limitée, conformément à la règle interne de Mazda qui limite à 10% des VN par ce canal. Cette limitation vise à préserver la valeur résiduelle de certains modèles de la gamme, notamment le CX-60.

Capitaliser sur le Fleet Club

Mazda compte donner plus d’ampleur au Fleet Club, un programme qui permet aux concessionnaires d’adopter une stratégie plus proactive et d’obtenir une rémunération supérieure en cas d’atteinte des objectifs. Ce programme repose sur un système de prime aux volumes qui sert à financer d’autres ventes ultérieures, la communication ou d’autres actions favorisant l’activité BtoB.

Le Fleet Club demande cependant une plus grande implication financière et humaine. Pour le moment, seuls 17 investisseurs détenant 35 concessions ont rejoint le programme, mais cela représente déjà un tiers des distributeurs Mazda qui concentrent la moitié des transactions à professionnels en France.