Livraison de la première voiture du leasing social

Léo

livraison de la première voiture du leasing social

Près de 90 000 personnes se sont inscrites pour profiter du leasing social, ce qui est considéré comme un véritable succès par le ministre de la Transition écologique. Le premier véhicule du programme a été livré le jeudi 18 janvier 2024 et la gamme de modèles disponibles continue de s’élargir.

Le leasing social suscite un engouement avec 90 000 demandes déposées

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, s’est exprimé sur TF1 pour se féliciter de l’enthousiasme suscité par le leasing social. Selon lui, environ 90 000 personnes ont déposé une demande sur une plateforme de pré-réservation. Cette déclaration a été faite le vendredi 19 janvier 2024.

En parallèle, le groupe Stellantis a livré le premier véhicule du dispositif le jeudi 18 janvier 2024.

Une demande plus élevée que l’offre actuelle de véhicules subventionnés

Malgré ce succès, il convient de modérer l’enthousiasme, car seulement 25 000 véhicules subventionnés sont disponibles cette année dans le cadre de ce financement aidé. Ce dispositif est ouvert aux Français les plus modestes qui parcourent plus de 8 000 km par an. Le ministre travaille actuellement avec les constructeurs automobiles pour augmenter le nombre de véhicules disponibles à 30 000, 35 000 voire 40 000, au lieu des 25 000 initialement prévus.

Le ministère a précisé à l’AFP que les 91 000 personnes ont manifesté leur intérêt sur la plateforme gouvernementale au cours des trois premières semaines de sa mise en service. Depuis la fermeture du site le 4 janvier dernier, les personnes souhaitant bénéficier de la voiture électrique à 100 euros par mois doivent contacter directement les loueurs.

Lire aussi :   Renforcement de la gamme BYD en 2024

Les marques du groupe Stellantis dominent le marché

Le groupe Stellantis se réjouit également de ce succès. Dans un communiqué, il affirme qu’une centaine de milliers de clients potentiels ont contacté les marques du groupe. À mi-janvier, 20 000 dossiers de financement ont été validés, représentant plus de 80% des volumes prévus dans le dispositif.

Le groupe propose neuf modèles électriques de ses marques Citroën, Fiat, Jeep, Opel et Peugeot, sur les 14 éligibles au leasing social. Un dixième modèle de la marque Fiat sera également disponible plus tard dans l’année, selon Stellantis.

Renault ajoute deux modèles à sa gamme éligible

Renault renforce son engagement dans le leasing social en ajoutant deux nouveaux modèles à sa gamme éligible : la Zoe E-Tech et le Kangoo E-Tech. Cette décision fait suite à un fort intérêt pour la Twingo E-Tech et la Mégane E-Tech dans le réseau de la marque, comme l’indique le constructeur dans un communiqué.

La Renault Zoe E-Tech est disponible à 100 euros par mois et la Kangoo E-Tech à 150 euros par mois. La Twingo E-Tech, quant à elle, propose l’un des loyers les plus bas du marché, à partir de 40 euros par mois, avec six mois de charge offerts, dans le cadre du leasing social.

Hyundai rejoint le leasing social avec le nouveau Kona électrique

Hyundai se joint également au leasing social en proposant le nouveau Kona électrique. Ce SUV, produit en République Tchèque, permet à la marque coréenne de rejoindre les marques extra-européennes qui participent au dispositif.

Lire aussi :   Toyota, le fabricant automobile, diversifie ses activités en jouant sur tous les tableaux.

Le modèle est disponible à 95 euros par mois pour sa version 48 kW, avec une autonomie de 377 km, et à 141 euros par mois pour sa version 65 kW, avec une autonomie de 514 km. Ces offres sont proposées dans le cadre d’une LOA de 37 mois/37 000 km.

L’État soutient financièrement chaque location

Le leasing social, lancé en décembre 2023, propose une offre de location avec option d’achat à moins de 100 euros par mois pour les citadines et 150 euros pour les familiales (hors assurance et entretien). Seuls les véhicules éligibles au bonus écologique peuvent intégrer ce système. La location est prévue pour trois ans, renouvelable une fois, sans apport initial. L’État soutient financièrement chaque location à hauteur de 13 000 euros.