Retrouvez la tête avec la Peugeot e-208

Léo

essai Peugeot e-2028

La Peugeot 208, un modèle phare des ventes, bénéficie d’une mise à jour. Les principales améliorations concernent la version électrique qui offre désormais une autonomie allant jusqu’à 400 kilomètres. De plus, une hybridation légère en 48 V est également introduite.

La Peugeot 208 électrique, une success story

Depuis son lancement fin 2019, la Peugeot 208 de dernière génération a connu un succès fulgurant avec plus d’un million d’exemplaires produits. En effet, cette citadine s’est hissée au rang de la voiture la plus vendue en Europe en 2021 et 2022. De plus, la version 100% électrique de la petite lionne a également su se faire une place de choix sur le marché.

En France, la Peugeot 208 électrique a représenté 26,3% des ventes du modèle en 2023, ce qui en fait le modèle électrique le plus vendu de la marque avec une part de marché de 77,9%. Cette citadine électrique est donc un atout essentiel pour Peugeot qui vise à devenir la première marque électrique en Europe d’ici 2025.

Cependant, à partir de 2024, la Peugeot 208 devra faire face à une concurrente de taille : la Renault 5 E-Tech, dont l’entrée de gamme est attendue aux alentours de 25 000 euros, alors que l’e-208 débute actuellement à 34 850 euros.

Une mise à jour technique et esthétique

Afin de rester compétitive, la Peugeot 208 électrique bénéficie d’une mise à jour tant esthétique que technique. Sur le plan du style, les changements sont subtils. La face avant arbore la nouvelle signature lumineuse à LED de la marque avec ses trois griffes verticales. La calandre évolue également en intégrant des touches de la teinte de la carrosserie. Les feux arrière suivent la même ligne avec trois griffes horizontales.

Lire aussi :   Cession d'une partie des actions de Toyota à Denso

À l’intérieur, le principal changement concerne l’écran central de 10 pouces qui devient désormais de série. La plupart des modifications sont cependant invisibles. Une version électrique avec une autonomie de 400 km fait son apparition dans la gamme grâce à une nouvelle batterie de 51 kWh de capacité brute fournie par CATL. Cette version est également équipée du nouveau moteur de 115 kW, soit 156 ch, déjà présent sur les autres modèles de Stellantis tels que l’e-308, l’Astra Electric ou encore la DS 3.

Durant notre essai, nous avons constaté que malgré ses 340 kg de batterie (pour un poids total de 1 455 kg), la Peugeot 208 reste agréable à conduire et ne craint pas les routes sinueuses. Cependant, les 156 ch annoncés (uniquement en mode Sport) ne font pas de cette voiture une héritière de la GTi. Mais est-ce réellement son rôle ?

En ce qui concerne la recharge, la citadine est équipée d’un chargeur de 7,4 kW de série et peut être dotée en option d’un système de 11 kW. La recharge rapide peut atteindre jusqu’à 100 kW. La version « petite » e-208, avec ses 362 km d’autonomie, reste pour l’instant au catalogue avec une seule finition, mais son prix de 35 900 euros, soit 1 050 euros de plus que l’entrée de gamme de l’e-208 avec le nouveau package, lui laisse peu de chances.

Une version hybride 48 V au prix fort

Malgré ses 26,3% de ventes, l’e-208 est encore loin de surpasser les motorisations essence. Cependant, ces dernières évoluent également. En plus des deux moteurs essence 3 cylindres « classiques » de 75 et 100 ch, la Peugeot 208 accueille une hybridation légère 48 V sur les versions de 100 et 136 ch.

Lire aussi :   Les marques les plus en vogue chez les particuliers : palmarès

Pour la version la moins puissante des deux, l’hybridation 48 V est facturée 2 700 euros de plus que l’équivalent essence. Un écart conséquent qui ne plaide pas forcément en faveur de la version électrifiée, bien qu’elle ait l’avantage d’être proposée avec une boîte automatique dans la gamme thermique.

Une Peugeot 208 PureTech 100 ch affiche une consommation mixte comprise entre 5 et 5,2 litres (113 à 117 g/km de CO2), tandis que l’hybride 48 V annonce une consommation de 4,5 à 4,7 litres (101 à 105 g/km de CO2). L’écart moyen n’est donc que de 0,5 litre. Bien sûr, sur les trajets urbains, les économies seront plus substantielles. De plus, ces versions 48 V, avec des émissions de CO2 plus faibles, bénéficieront de moins de taxes dans le domaine professionnel.

En bref

– Date de lancement : novembre 2023
– Segment de marché : citadines électriques
– Objectif : 25 000 unités en année pleine
– Principales concurrentes de l’e-208 (22 698 unités, +18,1%, cumul 2023) :
– Fiat 500e : 21 090 (+46,3%)
– Renault Zoe : 5 990 (-50,8%)
– Opel Corsa Electric : 4 012 (+59,8%)
– Prix berline et break :
– Électrique : de 34 850 à 38 850 euros
– Essence 48 V : de 23 200 à 28 300 euros
– Essence : de 19 200 à 24 400 euros
– *Estimation JA*