Copropriété : du chemin reste à faire pour les bornes de recharge des véhicules électriques

Léo

copropriété : du chemin reste à faire pour les bornes

L’équipement des immeubles collectifs constitue encore un obstacle majeur au développement de la mobilité électrique. Cependant, on constate une augmentation du nombre de copropriétés équipées de bornes de recharge. Cette année, 24 000 immeubles en seront équipés, ce qui représente 10 % du parc de logements.

Plus de bornes de recharge publiques en France, mais un problème persistant dans les logements collectifs

Fin mars 2023, le marché français comptait 1 228 311 véhicules électriques en circulation sur le territoire et actuellement, 111 000 points de recharge sont accessibles aux utilisateurs. L’objectif des 100 000 bornes de recharge ouvertes au public a été atteint au printemps 2023.

Une réussite qui ne concerne pas la recharge privée en logement collectif. Selon des chiffres fournis par Enedis, 88 % des utilisateurs de véhicules électriques se rechargent à leur domicile, c’est un fait. Or, seulement 2 % des copropriétés possèdent une solution de recharge à l’heure actuelle, des perles rares.

Quelle part du travail reste-t-il à faire ?

Sur les 500 000 immeubles en copropriété que compte le territoire français, 260 000 possèdent un parking. D’après des chiffres de l’Afor, l’Association française des opérateurs de recharge, à ce jour, 18 238 immeubles ont signé un accord avec un opérateur de bornes et 6 034 en sont déjà équipés. Ce qui porte le nombre de copropriétés équipées ou sur le point de le devenir à 24 272. Parmi elles, 1 500 ont réalisé une installation durant les trois premiers trimestres 2023 et 3 900 ont signé un contrat.

Selon Patrick Kic, président de l’Afor, « il reste à convaincre les petites copropriétés ». Car les 24 272 copropriétés représentent 1,7 million de places de stationnement, soit, en moyenne, des parkings de 70 emplacements. En effet, sur des plus grosses copropriétés, il est plus probable qu’un individu possède un VE et veuille le recharger.

Lire aussi :   GAC Group accueille une nouvelle directrice marketing

Mais 235 728 résidences avec parking restent encore à électrifier en France. Celles-ci totalisent 8,4 millions de places de parking qu’il faut donc équiper d’une borne de recharge ou d’une prise renforcée.

En copropriété, l’installation d’une prise est soumise à beaucoup de contraintes et nécessite l’intervention de beaucoup d’acteurs ce qui rend les syndics peu enclins à franchir le pas.

Mais, pour le président de l’Avere, Antoine Herteman, « nous avons un temps d’avance dans la recharge publique, il faut désormais le prendre dans la recharge pour les logements collectifs. »

Anticiper les besoins en bornes de recharge pour l’avenir

Frédéric Milicent, responsable du déploiement et de la transformation infrastructure de recharge de véhicule électrique chez Enedis, explique que « pour l’instant, nous pré-installons quelques milliers d’immeubles par an. Nous attendons le pic de réalisation en 2027 avec 25 000 copropriétés. Nous redescendrons autour des 20 000 réalisations par an pour les années qui suivent jusqu’à équiper l’ensemble des 235 000 habitats collectifs restants. »

À l’échelle de la copropriété, il faut anticiper collectivement les besoins de recharge des résidents et des futurs résidents. Une infrastructure collective constitue une solution qui permet à chaque copropriétaire d’envisager l’utilisation d’un véhicule électrique lorsqu’il le souhaitera. C’est une solution qui permet de réduire les délais de raccordement.

Légalement, les syndics devaient avoir inscrit à l’ordre du jour d’une assemblée générale la question des équipements de recharge avant le 1er janvier 2023. Mais, pour beaucoup cela reste à faire.

Les logements neufs apportent une solution pour une partie du problème. Lorsque le permis de construire est ultérieur au 10 mars 2021, tout parking de plus de dix places doit être équipé d’une borne.

Lire aussi :   Carsup exporte sa conciergerie de véhicules de luxe à Londres