Chery, constructeur chinois, envisage d’ouvrir une usine en Europe

Léo

Chery usine Europe

Chery envisage de commercialiser ses premiers modèles en Europe et étudie la possibilité de produire localement. L’Italie est un candidat potentiel, mais d’autres pays montrent également un intérêt pour accueillir la production de la marque chinoise.

Chery envisage une implantation en Europe

Selon l’agence Reuters, le constructeur automobile chinois Chery envisage d’établir une usine en Europe, avec l’Italie comme possible destination. Actuellement, l’Italie produit 800 000 voitures, toutes des modèles Stellantis, et aspire à retrouver son statut d’acteur industriel majeur en Europe en atteignant la barre du million de véhicules fabriqués sur son sol.

Avec une production de 1,88 million de voitures en 2023, en hausse de 52,6%, Chery se classe au 17e rang mondial des constructeurs automobiles, derrière Tesla mais loin devant son compatriote SAIC MG-Roewe. En Chine, Chery fait partie des dix premiers groupes et a vu ses exportations de véhicules augmenter de plus de 100%, avec une présence dans plus de cinquante pays, incluant la Turquie et certains marchés d’Amérique du Sud.

Chery se lance sur le marché européen

En Europe, Chery prévoit de lancer deux SUV cette année : l’Omoda 5, un modèle électrique du segment C, et le Jaecoo 7, également du segment C, proposé en version électrique et hybride rechargeable. Des distributeurs français ont déjà été contactés pour la commercialisation de ces modèles. Bien que la marque Chery ne soit pas directement présente en Europe, une partie de sa gamme est distribuée par le constructeur italien DR Motor, qui assemble des modèles en CKD en Italie.

Lire aussi :   Vitesco racheté par Schaeffler : une acquisition stratégique.

L’Italie n’est pas le seul pays européen intéressé par l’implantation de Chery. L’Espagne est également dans la course, avec la possibilité pour Chery de réactiver l’ancienne usine Nissan de Barcelone, fermée en fin 2021 avec une capacité de production de 200 000 véhicules. Il est à noter que Great Wall Motor avait également manifesté son intérêt pour la reprise de cette usine avant de se rétracter quelques mois avant sa fermeture.